Tour de la Ciate (15/05 - 16/05)

2ème Tour de la Ciate (Samedi 15 & Dimanche 16 Mai 2010)

Un week-end en or

Equipe. L'équipe engagée sur le Tour de la Ciate avec de gauche à droite : Yohan Grandeau, Nicolas Bastien, Williams Louit, Adrien Carmantrand et Emmanuel Meyrat, encadrée par Kevin Cao.

Le 15 et 16 mai dernier, les coursiers de l'AC Rilhac-Rancon ont porté haut l'étendard du club en s'emparant du maillot jaune et en terminant deuxième au classement par équipe et du maillot blanc. Si la performance sportive accomplie est grande, l'ambiance et l'état d'esprit qui a jalonné le week-end sont à marquer d'une pierre blanche. Récit d'un week-end qui restera dans les annales (pas d'allusions sexuelles s'il vous plaît) de l'AC Rilhac-Rancon, en plusieurs actes. Bonne lecture.

Acte I : L'arrivée en terre creusoise

Nous sommes le vendredi 14 mai. Le soleil est au beau fixe. C'est parti pour un week-end de folie. Place aux préparatifs. "307 Break chargé, allez montez les neveux (...) Nombreux comme une équipe de foot, voiture à ras du sol, on est les derniers locataires qui décollent... " (Ah... Un bon vieux son de rap à l'ancienne). Bref, acceuillis en terre creusoise par une magnifique chienne (arrêtez avec les allusions sexuelles !!!), c'est déjà parti pour l'entraînement, histoire de réperer la fin de la première étape. Eh oui, on fait les choses biens à l'Association Cycliste de Rilhac-Rancon.

Monture. Williams Louit avec ses "nouvelles" roues, prêt à partir au combat.

 

Acte 2 : Première étape : les boucles d'oreille, le rallye, le sprint massif...

Samedi 15 mai. Le stress monte. Vite. Très vite. Cela se ressent notamment chez les trois juniors de l'équipe. Alors quoi de plus normal, pour détendre l'atmosphère, que de faire une blague de potache. Un vrai sketch même. " Manu, avec les puces électroniques il faut que tu enlèves tes boucles d'oreille. Regarde, Kevin, lui, a enlevé les siennes pour ne point interférer avec la cibie ". On passera sous silence tout les détails de cette comédie. Bref, départ vers Saint-Martial-le-Mont pour la première étape. Le stress est à son paroxysme à la vue du parcours accidenté et de la liste d'engagés : 90 coureurs dont certains de qualité et surtout de grosses armadas adverses. Cela ne fait pas de doute, l'AC Rilhac-Rancon va passer par la fenêtre. Voilà ce qu'auraient dit les plus pessimistes. En effet que faire avec seulement deux première catégorie face aux grosses équipes de 10 coureurs dont plus de la moitié en première. Pipi dans la culotte, dirait l'autre. Las, dans une ambiance colonie de vacances - "quoi ? T'as vraiment enlever tes boucles d'oreille Manu ?" - le stress semble resdescendre. Causerie d'avant-course : "Allez-y le couteau entre les dents comme dirait Kinou/ attention au rétrecissement de la route au kilomètre x / Manu, Adrien et Yohan vous surveillez les dossards x, y et z pour le classement du meilleure jeune, etc, etc, etc. "

Allez en route ! Comme d'habitude, c'est notre Nicolas Bastien national qui allume la première mèche. Il est imité dans l'instant suivant par Williams Louit. Dans une course en perpétuel mouvement, personne n'arrive à prendre le large. Si les coureurs roulent à tombeau ouvert, il en est parfois du même acabit pour les voitures suiveuses. La 307 SW se transforme en 307 WRC avec Kevin Cao en Sébastien Loeb et Vincent Meyrat en co-pilote de luxe (promis Williams, monsieur meyrat n'a pas abîmé ta carrosserie en tapant comme un forcené sur la portière). A mesure que l'arrivée approche, le peloton perd de nombreuses unités. Parmi les ejectés, on compte Adrien et Yohan ainsi que pas mal de concurrents pour le maillot blanc. Malgré le forcing à l'avant, personne n'arrive à prendre la fuite. Si bien que le peloton se présente groupé à l'arrivée. Aucunes informations dans la cibie. Suspense. Le suspense se transforme soudainement en stress lorsque l'on aperçoit plusieurs coureurs à terres, victimes d'une chute massive. Le stress devient une peur terrible lorsque Vincent s'écrie : " C'est Manu qui a chuté". Et cette peur terrible se mue tout à coup en une joie immense lorsqu'on apprend que ce dit Manu termine quatrième lors du sprint massif (troisième en réalité mais doublé au moment de l'enregistrement de puce, 10 mètres après la ligne). Tout juste issu des rangs cadets, il rentre dans le Top 5 d'une course reconnue face à de gros cadors. Surtout, il échoue à deux places du maillot blanc pris par le costaud Remy Labaye. Nicolas et Williams, quant à eux, terminent dans le peloton et conservent donc leurs chances pour le général le lendemain.

Consignes. Le briefing juste avant le départ avec la concentration des coureurs au maximum.

Acte 3 : Deuxième étape : Nico intenable, Wiwi dans radio tour, Manu en blanc

La deuxième étape, par son profil et surtout par les positions égales au classement général, s'annonce décisive. Il est décidé de profiter du profil accidenté du début de course pour poser des banderilles afin de secouer le cocotier. Venu avec beaucoup de gentillesse, Alain Fourgnaud assiste à son baptême de feu en montant dans la voiture de directeur sportif avec Kevin. Le départ n'est pas encore donné que ceux-ci se mettent au travail. En effet, Nico se rend compte qu'il est victime d'une crevaison lente, à deux minutes chrono du départ. Panique générale. Une roue, une roue, une roue ! Finalement, l'ennui mécanique est résolu. Nos soldats rilhacois peuvent partir à la guerre. Comme la veille, radio tour crache de multiples tentatives d'échappés. Nico tente de s'emparer du maillot du meilleur grimpeur. Sans succès. Ce n'est pas faute d'avoir essayer pourtant. A mi-course, une échappée de cinq homme est annoncée. Elle comprend Williams. Pendant un long moment, on crut que notre dompteur de cheval cavalait en tête. Las, radio tour n'avait point annoncé la fin de la cavale de Wiwi. Finalement, en fin de course, quatre homme s'extirpent du peloton. Ils résitent tant bien que mal au peloton. Si bien qu'ils sont trois à se présenter sur la ligne d'arrivée. Mickael Louis s'empare à l'occasion du maillot jaune. Derrière, Nicolas n'a pas dit son dernier mot. Il agite violemment le peloton et arrive à s'emparer de la quatrième place avec quelques dizaines de mètres d'avance sur le peloton. Ce coup de force laisse présager la bonne forme de notre champion. Dans la foulée, Manu termine devant Rémy Labaye et s'empare donc du maillot blanc. Williams quant à lui termine au sein du peloton après avoir bien travaillé pour son leader. Enfin, Adrien et Yohan rallient l'arrivée avant la voiture balai après s'être battus pour rentrer dans les délais.

Maillot distinctif. Emmanuel Meyrat a profité de la deuxième étape pour endosser le maillot blanc de meileur jeune (-20 ans).

Acte 4 : Troisième étape : Nico affole les compteurs

Dimanche après-midi, tous les favoris étaient à peu de chose près dans le même temps. Mis à part les 3 fuyards du matin, dont le fameux Mickael Louis, redoutable rouleur. Tout allait donc se jouer sur le contre-la-montre individuel. Enfin, contre-la-montre c'est un bien grand mot. C'était plutôt du genre contre-la-côte ! Le circuit ressemblant allégrement à une course de côte. Pour situer le contexte, le vainqueur termine à une moyenne de 35 km/h. Cette dernière étape s'annonçait donc capitale pour nos rilhacois avec trois enjeux majeurs : le maillot jaune, le maillot blanc et le classement par équipe. Alors, après un repas alcoolisé (mais pas trop hein), un repérage très précis du tracé du chrono et une bonne petite sieste, nos coureurs se sont attelés à la tâche. Musique, home-trainer et concentration maximale. C'est parti pour un gros échauffement. Chacun sait ce qu'il lui reste à faire. Nico et Wiwi font forte impression lors de cet exercice. Manu, quant à lui, semble anxieux. Les premiers à prendre le départ sont Adrien et Yohan. Partis en éclaireurs, ils donnent leurs impressions à leurs coéquipiers. Vient ensuite le tour de Wiwi qui, suivi par Jeannot en Harley Davidson, qui se transforme en moto. Notre guerrier s'empare de la 17ème place et se classe donc 16ème au général. Puis, c'est à Manu de s'élancer avec dans la tête l'objectif du maillot blanc et du classement en deuxième catégorie. Las, malgré les encouragements de son père, Vincent, que dis-je, les cris stridents et de le défonçage de la carosserie de la Renault 21 (je crois qu'il va falloir faire un devis pour la portière avant gauche monsieur Meyrat), Manu concède une minute à son rival, Rémy Labaye. Notre junior 1ère année se classe toutefois deuxième dans le classement des meilleurs jeunes et cinquième en deuxième catégorie. Enfin, "allons enfin de la patrie, l'(heure) de gloire est arrivée " (oui, oui, j'ai commencé par une chanson, je finis par une chanson). Avec sa musique tectonick (toujours un temps de retard pour les goûts musicaux ce Palois !) à fond les ballons, Nicolas Bastien s'apprêt à partir pour un CLM capital. Tout de suite dans l'allure, Nico fait forte impression. Fort de son casque doré, édition limitée (ca paie Bernadaud putée !), de ses prolongateurs et de sa position révolutionnaire, notre leader avale la côte avec gourmandise. Quel chacal celui là ! A bloc, notre futur marié se gave kilomètre après kilomètre. Une fois la ligne franchie, on se doute que celui-ci ne sera pas loin des premiers. On ne s'imagine cependant pas que celui vient d'exploser les compteurs ! Il relègue le second à près de 24 secondes et remporte ainsi le 2ème Tour de la Ciate. C'est tout simplement une performance majeure pour le jeune homme qui a rejoint les rangs de l'AC Rilhac Rancon l'an dernier. Il épingle ainsi à son palmarès sa première course à étapes. L'AC Rilhac-Rancon ramène donc de la Creuse et du Tour de la Ciate 2010 le maillot jaune et se classe second au classement du maillot blanc et par équipes.

Préparation. Echauffement sur home-trainer pour Nicolas Bastien et Williams Louit.

Acte 5 : La fête à la maison

Suite à ces performances de haute volée, les rilhacois sont naturellement allés chercher leurs biens lors de la remise de récompenses. Une remise de récompenses haute en couleurs. Survoltés par leurs résultats, les rilhacois n'ont eu de cesse de mettre l'ambiance comme ontdit communement. Cette fête s'est prolongée, le lundi de Pentecôte, à l'occasion d'un barbecue géant avec la majorité des coursiers. Ces moments de convivialité sont révélateurs de l'état d'esprit régnant actuellement au club. Amitié, convivialité, solidarité, entraide sont à l'heure actuelle les maîtres mots de l'Association Cycliste de Rilhac-Rancon. Ceux-ci ont une nouvelle fois été mis en exergue lors du Tour de la Ciate. Ces éléments moteurs ont participé en grande partie au succès de nos coursiers.

En guise de conclusion, on retiendra donc les excellents résultats lors du Tour de la Ciate mais surtout l'état d'esprit qui a émaillé ce week-end. Ces deux éléments se sont imbriqués l'un dans l'autre pour produire un formidable week-end. Puisse-t-il en être de même lors des prochains week-end. A l'exemple par exemple des championnats régionaux ?

Détente. Pause-pipi avant le retour en Haute-Vienne.

Commentaires (2)

1. Mer 19 Mai 2010

Salut tout le monde.
Félicitations à toute la bande de loulou de Rilhac pour cette super perf à la CIATE.
Je remonte enfin sur mon vélo, première sortie programmée demain jeudi, à très vite.
Ced...

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

REVENIR EN HAUT